MV anecdotes
Revenir à la page 11 251/2217
"Love Song of Night and Day", traduit en français par "Nuit et Jour, la Chanson de leur Amour", est un poème écrit par Jenny Scott, de l'équipe de design Wizards of the Coast en charge du continent de Jamuraa, sur Dominaria. Des extraits du texte sont cités sur 17 cartes des éditions Mirage et Visions, dont l'histoire se déroule sur ce continent... :

• Village Elder
• Wild Elephant
• Kukemssa Pirates
• Early Harvest
• Zebra Unicorn
• Remedy
• Panther Warriors
• Flare
• Simoon
• Zhalfirin Knight
• Blinding Light
• Femeref Knight
• Chariot of the Sun
• Mortal Wound
• Sands of Time
• Summer Bloom
• Unfulfilled Desires

Source


Le poème entier :

Citation :
Wrap yourself in your best bright clothes, your red and purple scarves of silk.
Run with me to the festival, where we will dance until sunrise.
The dwarves will beat their funny drums of zebra skins and hollowed trees,
while stiltwalkers perform, and the musician blows his bamboo flute.


And late in the night, the poets and storytellers entertain,
delight us with their dancing words, as we listen, clapping by the fire.
Enchant me with your tale-telling. Tell about Tree, Grass, River, and Wind.
Tell why Truth must fight with Falsehood, and why Truth will always win.

I will tell my father's stories: how the giant mantis fooled Death
by holding still as a felled tree; how the elephants trampled
the leopard cub, and its father, though he knew, killed nine goats instead;
how pirates gambled with a djinn and lost the thing more dear than gold.


Tonight we'll eat a farewell feast. Cold corn porridge is not enough.
Let's peel papayas, pineapples, and mangoes, drink coconut milk,
and bake bananas. We'll dine on crocodiles, wild birds, and turtles,
perhaps a hippopotamus--if only you can catch it first.

I'll build a palace made of stone. Two hippo-headed guards will serve,
and tigers carry in your meals. I'll capture flying zebras
for your steeds, and fill the stable with every kind of unicorn.
Butterflies and salamanders will decorate your garden.


I'll strand long strings of beads for you, blue, the color only kings may wear.
I'll carve a soapstone lioness, a wooden box to lock it in,
girded with sapphire amulets, ostrich feathers, ivory.
These things will protect you while I'm gone, remind you of my love for you.

Your voice resounds like a songbird's, every word is a sweet, soft song.
When you run you're graceful and swift, sleek as a powerful panther.
Mysterious chameleon, you're a thousand women at once,
sharp and strong as a lioness, yet gentle as a striped gazelle.


On this our last day together, let us walk across the grasslands.
Hold my hand and let's walk slowly, seeing everything as children.
Let's walk on the Daraja Plains, where leopards hang from trees, dosing,
tasseled tails swaying in the shade, near villages of tree-dwelling elves.

Glorious, to walk again across the savannah with my beloved.
A lion walks commandingly, a general among his troops,
camped the night before a battle. A snake, colorful and coiled, loops
around his bough, mischievous, hanging over the village path.


We'll find termites in their nests, hard tall towers above the plains,
and point-eared cats, taking their turns, guarding their many entrances.
We'll find the basket-nests of birds hanging from the acacia tree.
Rhinoceroses and dragons for once will let us walk in peace.

When lightning tears the sky's dark cloak and heaven's bird beats the water
on the muddy plains with its big wings, termites and frogs escape their homes
toward the lamps in the nearest village. Spiders dry themselves indoors,
the spotted lizards that never fall from ceilings suddenly appear.


In the forest, fires light the sky as the black clouds unfold their weight.
The black-and-white sacred monkey holds her children to her, and waits.
Love, like lightning hits suddenly. It sparks the heart with blows of light,
its fire extending, bends, expands, beats and breaks your hiding places.

* * *

Remember when we were children, herding the sheep together,
leading them over the grassy hills with long sticks. Your silly songs
made me laugh, and in the evening, you'd enchant me with your stories,
lying on your back beside me. Even then my heart was yours.

I remember your sacred rites. You were so funny, so grown up,
so stiff and serious, all arms and elbows. You went in a girl,
but you returned a warrior. You marched back with the others--
your hair was cut, your eye tattooed with the red triangle of war.


Tomorrow I must go, my love. I will tattoo my head with braids.
My shield will bear a shining sun so you will always be with me.
Inlaid with gold, it will shine like glowing embers. I will return
with lizard skins for your sandals. Paint your eyes black and wait for me.

I am the sun, you are the moon. Wherever you lead I will go,
following across the wide sky, as long as I live and you love.
Sun follows Moon until she tires, then carries her until she's strong
and runs ahead of him again. I'll carry you, too, my beloved.


My love, we are not Sun and Moon. Instead we are like day and night.
The old ones say Day is a woman, who works only while it is light.
She herds her goats and catches fish, fills her fields with golden corn,
shows her children what is just and protects them from the cobra.

Day loves Night, who works in darkness, walking through heaven's milky sky
collecting stars with his quick arms, piling them into a basket
like a child collecting lizards and piling them into her pot
until the pot overflows with lizards, 'til the basket overflows with light.

Night wears a black cloak lined with fire, studded inside with gleaming stars.
At dawn and dusk he spies his love. Across the rolling hills of sky,
they glimpse each other--so briefly. They throw each other kisses, cry.
Their tears spill over Jamuraa. Mixed with blood, they wash everything red.

But once, with a magician's help, Time was stopped and Day stood still.
Night spread over Jamuraa, wrapped Day in his dark cloak and held her.
In their miraculous embrace, the two became as One. Until
pulled from Day's arms, Night sank, commanded by the western horizon that always beckons him to come.

I won't give up hope, my love.

Our love is like the river in the summer season of long rains:
For a little while it spilled its banks, flooding the crops in the fields.
But soon it will evaporate with the dry heat. Like Day from Night,
I'll live my life apart from you, just glimpsing you across the sky,
because you cannot change, my dear, and nor can I.



Le poème traduit en français :

Citation :
Drape-toi de tes plus beaux habits, tes jupes de soie rouge et violette.
Cours avec moi au festival, où nous danserons jusqu'à l'aube.
Les nains battrons leurs étranges tambours de bois creux et de peau de zèbre,
pendant que les acrobates feront leurs tours, et que le musicien soufflera dans sa flûte de bambou.


Et tard dans la nuit, les poètes et les conteurs nous divertissent,
nous ravissent avec leurs mots qui valsent, tandis que nous écoutons, applaudissant devant le feu.
Ravis-moi avec ton conte. Conte-moi l'Arbre, L'Herbe, la Rivière et le Vent.
Dis-moi pourquoi la Vérité doit combattre le Mensonge, et pourquoi la Vérité triomphera toujours.

Je raconterai les histoires de mon père : comment la mante géante dupa la Mort,
en se tenant sur un arbre tombé ; comment les éléphants piétinèrent
les petits du léopard, et leur père, bien qu'il le sut, tua neuf chèvres au même instant ;
comment les pirates parièrent avec un djinn, et y perdirent quelque chose de plus précieux que l'or.


Ce soir nous partagerons un festin d'adieu. Le porridge de maïs froid n'est pas assez.
Épluchons des papayes, des ananas et des mangues, buvons du lait de coco,
et faisons cuire des bananes. Nous nous régalerons de crocodile, d'oiseaux sauvages et de tortues,
et peut-être un hippopotame - si tu parviens à l'attraper le premier.

Je te construirai un palais de pierre. Deux gardes à tête d'hippopotame nous serviront,
et des tigres porteront nos plats. Je capturerai des zèbres volants
pour te servir de monture, et emplirait tes stalles de toutes sortes de licornes.
Des papillons et des salamandres décoreront ton jardin.


J'enfilerai de longs colliers de perles pour toi, bleues, la couleur que seuls les rois peuvent porter.
Je te graverai une lionne de stéatite, et une boîte de bois pour l'y enfermer,
ceinte d'amulettes de saphir, de plumes d'autruches, d'ivoire.
Ces choses te protégeront quand je serai partie, te rappelleront mon amour pour toi.

Ta voix résonne comme celle d'un oiseau, chaque mot en est une douce, douce musique.
Quand tu cours tu es gracieuse agile, racée comme une panthère puissante.
Caméléon mystérieux, tu es un millier de femmes à la fois,
forte et vive comme une lionne, et pourtant douce comme une gazelle rayée.

En ce dernier jour ensemble, marchons ensemble dans la prairie.
Prends ma main, et marchons lentement, voyant tout comme des enfants.
Marchons dans les plaines de Daraja, où les léopards reposent dans les arbres, engourdis,
leurs queues marmorées se balançant dans l'ombre, près des villages des elfes arboricoles.

Glorieux, de marcher encore dans la savane avec mon aimée.
Un lion marche, impérieux, général parmi ses troupes,
campant la nuit avant une bataille. Un serpent, coloré et entrelacé, s'enroule
autour de sa branche, se pendant, malicieux, au dessus du chemin du village.

Nous trouverons des termites dans leurs nids, hautes et solides tours dominant les plaines,
et des chats aux oreilles pointues, prenant leur quart, gardant leurs nombreuses entrées.
Nous trouverons les nids tressés d'oiseaux pendant de l'acacia.
Les rhinocéros et les dragons pour une fois nous laisseront marcher en paix.

Quand l'éclair fond la sombre cape du ciel, et l'oiseau du ciel frappe l'eau
sur la plaine boueuse de ses grandes ailes, les termites et les grenouilles fuient leurs maisons
vers les lampes du village le plus proche. Les araignées s'enferment à l'abri,
les lézards tachetés qui ne chutent jamais du plafond apparaissent soudainement.

Dans la forêt, des feux illuminent le ciel alors que les nuages noirs déroulent leur masse.
La guenon sacrée noire et blanche serre ses enfants contre elle, et attend.
L'amour, comme l'éclair, frappe soudainement. Il embrase le cœur avec une explosion de lumière,
son feu s'étend, se courbe, s'étire, frappe et brise ton lieu de refuge.

***

Rappelle-toi quand nous étions enfants, gardant les moutons ensemble,
les menant sur les collines herbeuses avec de longs bâtons. Tes chansons idiotes
me faisaient rire, et le soir tu m'enchantais avec tes histoires,
allongé sur le dos derrière moi. Même alors, mon cœur était à toi.

Je me rappelle tes rites sacrés. Tu étais si drôle, si adulte,
si rigide et sérieuse, toute en bras et coude. Tu es partie petite fille,
mais tu es revenue en guerrière. Tu es revenue avec les autres,
tes cheveux coupés, ton œil tatoué du triangle rouge de la guerre.

Demain je dois partir, mon amour. Je tatouerai des tresses sur ma tête.
Mon bouclier portera un soleil radieux, afin que tu sois toujours à mes côtés.
Incrusté d'or, il étincellera comme des braises brillantes. Je reviendrai
avec des peaux de lézard pour tes sandales. Peins tes yeux en noir et attends-moi.

Je suis le soleil, tu es la lune. Partout où tu me guideras, j'irai,
suivant à travers le vaste ciel, aussi longtemps que je vivrai et aimerai.
Le Soleil suit la Lune jusqu'à ce qu'elle fatigue, puis la porte jusqu'à ce qu'elle soit forte
et court devant lui à nouveau. Je te porterai, moi aussi, mon aimée.

Mon amour, nous ne sommes pas le Soleil et la Lune. Nous sommes plutôt comme la nuit et le jour.
Les anciens disent que le Jour est une femme, qui ne travaille que lorsqu'il fait clair.
Elle mène ses chèvres et attrape du poisson, emplit ses champs de maïs doré,
montre à ses enfants ce qui est juste et les protège du cobra.

Le Jour aime la Nuit, qui travaille dans l'obscurité, marchant dans le ciel à travers la Voie Lactée
ramassant des étoiles de ses bras agiles, les entassant dans un panier
comme un enfant ramasse des lézards, et les range dans un pot
jusqu'à ce que le pot déborde de lézards, jusqu'à ce que le panier déborde de lumière.

La Nuit porte une cape noire bordée de feu, incrustée à l'intérieur d'étoiles scintillantes.
A l'aube et au crépuscule, il espionne son amour. Par dessus les collines ondulantes du ciel,
ils s'entraperçoivent - si brièvement. Ils s'envoient des baisers, pleurent.
Leurs larmes pleuvent sur Jamuraa. Mélangées au sang, elles teintent toute chose de rouge.

Mais une fois, avec l'aide d'un magicien, le Temps s'est arrêté, et le Jour est resté.
La Nuit s'étendit sur Jamuraa, enveloppa le Jour de sa sombre cape et la tint.
Dans leur étreinte miraculeuse, les deux devinrent Un. Jusqu'à
ce que tiré des bras du Jour, la Nuit s'enfonce, commandé par l'horizon occidental qui toujours l'attire à lui.

Je ne perdrai pas espoir, mon amour.

Notre amour est comme la rivière sous la saison estivale des longues pluies :
il lui en faut peu pour quitter son lit, et inonder les cultures dans les champs.
Mais bientôt il s'évaporera dans la sèche chaleur. Comme le Jour de la Nuit,
je vivrai ma vie loin de toi, t'apercevant juste par delà le ciel,
parce que tu ne peux pas changer, mon amour, ni moi non plus.
Cette anecdote vous a été proposée par bulle.
Vous voyez une faute, une erreur, un oubli dans cette anecdote ? cliquez ici pour nous en informer.