MV anecdotes
2214 anecdotes trouvées
Page / 93  
La carte Underworld Hermit est une référence à Deranged Hermit de par son nom et sa capacité à créer des jetons écureuils.
La carte Persist est une référence à la capacité du même nom (voir la règle associée), elle en reprend le même effet.
La carte Echoing Return est une référence, de par sa mécanique, au cycle des cinq cartes Echoing Calm, Echoing Truth, Echoing Decay, Echoing Ruin et Echoing Courage apparues pour la première fois dans l'édition Darksteel.
Sur les cartes Hostage Taker et Shipwreck Looter, toutes deux illustrées par Wayne Reynolds, on retrouve le même personnage secondaire en fâcheuse posture : pris en otage puis naufragé.
La carte Liquimetal Torque est une référence à Liquimetal Coating de par son nom, son type et sa capacité activée.
La carte Skyblade's Boon est une référence à Gryff's Boon de par son nom, son type et ses capacités.
La carte Suspend est une référence à Delay de par sa mécanique.
La carte Rishadan Dockhand est une référence au Rishadan Port de par son nom et sa capacité activée.
Sur l'illustration de Yavimaya, Cradle of Growth on peut voir l'avant de l'épave du Predator, Flagship.
La carte Yavimaya, Cradle of Growth est une référence à Urborg, Tomb of Yawgmoth, on peut même parler ici de version "color-shifted".
La carte Bloodbraid Marauder est une référence à Bloodbraid Elf de par son nom, son type de créature, sa force et sa capacité Cascade.
Pour l'illustration, Käri Christensen semble s'être inspiré par celle de Raymond Swanland.
La carte Arcbound Javelineer est une référence à Icatian Javelineers, de par son nom, son coût de mana, son type de créature et sa capacité activée.
Sur l'illustration de Waildrifter, transformation du Galedrifter, la gueule de la créature rappelle celle du Wretched Gryff, un reste de l'influence d'Emrakul, the Promised End sur Innistrad.
Malgré ce que l'on peut penser de prime abord, la carte Singing Tree est inspirée elle aussi d'un conte un peu oublié des Mille et Une Nuits.

Nous trouvons originellement l'Arbre qui chante dans le conte "Les sœurs qui enviaient".

Le sultan, Khosrouschah, errait déguisé dans sa ville lorsqu'il entendit trois sœurs parler de leurs futurs maris hypothétiques. Amusé, il décide de réaliser leurs rêves éveillés, en mariant l'ainée avec le boulanger royal, la seconde avec le cuisinier royal, et épousa lui-même la plus jeune des sœurs.

Toutefois, les deux plus âgées devinrent vite jalouses de leur jeune sœur. Lorsque cette dernière donna naissance à un fils, elles le laissèrent dériver dans le canal et le remplacèrent par un chiot. Elles firent de même après la naissance de son deuxième fils, puis de sa première fille. La jeune sœur, épouse du sultan, fût emprisonnée et humiliée.

Cependant les trois enfants, après leur dérive sur le canal, furent adoptés par un jardinier et purent rester ensemble. Ils s'appellent Bahman, Perviz et Parizade.

Les trois enfants grandirent, et devinrent de jeunes adultes vivant toujours avec le jardinier dans une maison accompagnée d'un jardin somptueux. Ce jardin était leur fierté. Un jour, une dévote confia à Parizade qu'il manquait trois choses pour que ce jardin soit le plus beau jardin du monde. Il fallait l'agrémenter de l'Oiseau qui parle, une créature si singulière, qu'elle attire autour d'elle tous les oiseaux chanteurs du voisinage afin de l'accompagner dans ses chants. La deuxième chose est la Source dorée, de laquelle une seule goutte versée dans un bassin suffit à le remplir immédiatement, et à faire s'élever en son milieu une fontaine, qui jaillit continuellement sans que le bassin ne déborde jamais. La dernière chose étant l'Arbre qui chante, dont les feuilles sont autant de bouches, qui forment un harmonieux concert de voix différentes, et ne cessent jamais...

Les trois enfants partirent un par un à la recherche de ces entités magiques... un par un, car le voyage était périlleux et la dévote avait omis de dire que l'Arbre qui chante avait aussi le pouvoir de transformer en pierre les personnes entendant sa mélodie, ce qui arriva aux deux premiers d'entre eux.

La capacité de Singing Tree permettant de réduire la force d'une créature à 0 est donc inspirée directement de cette caractéristique de pétrification !
La carte Drop of Honey puise ses inspirations dans un conte philosophique arménien, délivrant un message de paix.

Il s'agit du conte "La Goutte de miel" (disponible sur des blogs ici ou ), repris par plusieurs auteurs dont Séta Papazian (1982, 2015), Krystin Vesterälen (2011) et Vincent Dès (2005) ; ce conte est lui-même inspiré par un poème de Hovhannès Toumanian (1909). Outre le nom, le mécanisme de la carte et son coût de mana trouvent leur explication au sein de cette histoire.

Le récit nous présente un berger qui achète du miel chez l'épicier. Celui-ci fait tomber une goutte de miel. Une mouche pique dessus. Le chat de l'épicier écrase la mouche. Le chien du berger saute sur le chat. Le conflit s'étend ainsi à l'échelle des royaumes, entraînant mort, famine et misère. Longtemps après, on se demande encore comment cela a commencé...

Dans le conte, le plus faible est toujours supprimé par plus fort que lui, qui sera également supprimé par plus fort que lui : c'est ce mécanisme d'escalade qui est repris dans celui de la carte. Si tout est parti d'une seule petite goutte de miel, une chose qui peut paraître insignifiante, sur nos tables cela démarrera avec un enchantement qui ne coûtera qu'un seul petit %G !
Le texte d'ambiance de la carte Heated Debate est une référence à un meme anglais "I Studied the Blade".
Le nom anglais de la carte Embrose, Dean of Shadow est une référence au catcheur américain Dean Ambrose, aujourd'hui connu sous le nom de Jon Moxley.

Source
Les illustrations des cartes Titania's Song et Into the Story, respectivement par D. Alexander Gregory et Jason Rainville, font référence à une œuvre du peintre Arnold Böcklin, qui est l'Île des morts.
Anna Podedworna, Dominik Mayer et Lie Setiawan ont réalisé des illustrations alternatives à des fins promotionnelles pour les cartes Storm the Festival et/ou Ruinous Intrusion.
Jusqu'à la sortie de l'édition Amonkhet en avril 2017, Gabriel Angelfire et Malach of the Dawn étaient les deux seules cartes d'anges "hommes" de Magic. Il y en a eu quelques autres depuis.
Hormis les exceptions suivantes, tous les anges légendaires ont un prénom qui se termine par la lettre A.

Seules Avacyn, Angel of Hope, Feather, the Redeemed (de son vrai prénom Pierakor az Vinrenn D'rav), Radiant, Serra Archangel, Rienne, Angel of Rebirth, Shalai, Voice of Plenty et Tariel, Reckoner of Souls ont un prénom qui se termine par une autre lettre.

Si pour Avacyn, Angel of Hope, cela peut s'expliquer par sa création par un vampire Planeswalker, Sorin Markov, il n'y a aucune explication pour les autres; d'autant plus qu'Akroma, Angel of Wrath par exemple, a elle aussi été créée, par Ixidor, Reality Sculptor, un sorcier.
Les quatre cartes Tainted Field, Tainted Isle, Tainted Peak et Tainted Wood, de l'édition Torment, forment un cycle de terrains permettant de produire un mana incolore ou une bicolorité contenant toujours du noir, à condition d'avoir un terrain de sous-type marais sur le champ de bataille.
Le nom et l'illustration de la carte Storm Seeker sont inspirés de l'épée Storm Bringer, épée légendaire dont la lame est gravée de runes, apparaissant dans le Cycle d'Elric par Michael Moorcock.
L'artefact représenté sur la carte Metallic Mastery est la Ratchet Bomb.
2214 anecdotes trouvées
Page / 93