che33


DEMON
12) Tempête [Bloc Tempête]
le 29/03/2018 14:24
Les écrits que je partage ici ne sont pas de moi. Ils sont tirés de "Magic : l’Assemblée, Treize ans de Multivers", document rédigé par Pierre Cuvelier en 2006, dont les qualités d'écriture et de résumé sont nettement au dessus des miennes. Voici donc sa description de l'extension Tempête, douzième extension du jeu (après Aquilon), sortie en octobre 1997. C’est la première extension du bloc Tempête, comprenant les extensions "Tempête", "Forteresse" et "Exode".

Tempête est sans doute l’extension de Magic qui pousse le plus loin la fusion entre les cartes et l’univers qu’elles décrivent. Les illustrations reprennent les personnages présentés dans Aquilon et en introduisent d’autres, qui forment avec eux un groupe de protagonistes très visibles car présents sur de nombreuses cartes, et non plus de simples héros isolés comme l’étaient encore ceux de Mirage et Visions. Tous les personnages, peuples, créatures et bâtiments et même simples paysages sont illustrés selon un guide de style rigoureux. Les textes d’ambiance, en concordance précise avec les illustrations, narrent épisode après épisode une histoire continue, non plus seulement un contexte ou une trame générale présentée par allusions ou citations diverses, mais une intrigue très détaillée, presque un roman découpé en tranches ; les images se suivent également les unes les autres, au point qu’on peut parfois comparer leur enchaînement à celui des cases d’une bande dessinée ou d’un storyboard. 

Tempête commence au moment où l’Aquilon, désormais doté d’un équipage (36 hommes au total, dont les personnages vus dans Aquilon) et prêt à affronter Wöhlrajh pour retrouver la capitaine Sissay, traverse l’Æther qui sépare les plans du multivers, quitte Dominaria et émerge dans le ciel de Rajh.

Dès son arrivée sur Rajh, l’Aquilon est repéré par Sélénia, l’ange noir de Crovax. Capturée par Wöhlrajh après s’être échappée d’Urborg, Sélénia a été contrainte d’entrer à son service. Crovax ignore que Sélénia, profondément liée à lui, sait toujours d’instinct où il se trouve et ce qu’il ressent. Elle utilise cet instinct pour guider le Prédateur, le vaisseau de Grêvën il-Vec, jusqu’à l’Aquilon

Le Prédateur fond sur l’Aquilon à l’improviste et le fait trembler sous le feu de ses canons, puis lance ses harpons pour l’empêcher de s’échapper, et l’équipage du Prédateur passe à l’abordage. Les deux équipages se déchirent, dominés d’un côté par le minotaure Tahngarth et de l’autre par Grêvën il-Vec. Orime soigne les blessés de son mieux. Crovax aperçoit Sélénia dans la mêlée et tente désespérément de la rejoindre. Skwi, le mousse gobelin, file se cacher dans un coin, sous la protection de son « jouet », un petit artefact capable de générer un champ de protection magique. La puanteur de son recoin éloigne fort heureusement les moggs, qui ont investi le vaisseau et cherchent avidement les artefacts de l’Héritage, dont l’aura magique les attire. Les moggs assaillent en revanche le golem Karn. Celui-ci se défend d’abord avec furie, puis, pris de remord, refuse de tuer davantage et se laisse entraîner sans résistance à bord du Prédateur, malgré l’intervention d’Ertaï, dont la magie reste impuissante devant l’affinité des moggs avec l’Héritage
Dans le même temps, les moggs s’introduisent dans la salle des machines et tentent d’arracher à son support le cristal thran de l’Aquilon, qui lui confère le pouvoir de voyager entre les mondes. Faute de parvenir à le dérober, ils le brisent à coups de marteau. L’Aquilon est désormais incapable de quitter Rajh par lui-même… 
Au cœur de la mêlée, Gerrard et Grêvën il-Vec se frayent un chemin l’un vers l’autre et le duel s’engage. Grêvën il-Vec possède une force surhumaine, conférée par une épine dorsale artificielle que Wöhlrajh lui a greffée par magie et qui lui sert également à mieux le contrôler. Gerrard a l’avantage de l’agilité acquise au cours de son entraînement dans l’armée bénaliane. Grêvën verse le premier sang en éraflant la lèvre de Gerrard

Pendant ce temps, sur le Prédateur, le lieutenant de Grêvën il-Vec, Vhati il-Dal, ordonne aux canonniers moggs de tirer sur les deux combattants, espérant éliminer à la fois Gerrard et Grêvën, gagnant ainsi le commandement sur le Prédateur. L’impact ébranle les deux vaisseaux brusquement et Gerrard, déséquilibrée, passe par-dessus bord. Hanna se précipite à son secours, mais trop tard : Gerrard plonge dans le vide, vers la forêt de Linciel. Alors qu’il est sur le point de s’empaler sur les cimes des arbres, il est rattrapé par Sélénia, qui se dispose à le ramener à bord du Prédateur, mais Gerrard, préférant tenter sa chance dans la chute, se débat et lui échappe. 

Le combat sur les deux vaisseaux se termine : les moggs, abandonnant l’Aquilon pillé, se replient sur le Prédateur, qui se dispose à partir. Furieux, Tahngarth bondit sur le Prédateur au dernier moment et s’y cache, bien déterminé à retrouver Karn. Pendant ce temps, Grêvën il-Vec, comprenant que son second a essayé de le tuer, s’empare de Vhati et le jette par-dessus bord sans autre forme de procès. Vhati plonge vers sa mort dans le vide, tandis que Sélénia, faute de retrouver Gerrard tombé sous le couvert des arbres, remonte vers le Prédateur pour faire son rapport à Grêvën. 
Gerrard tombe de nouveau, sa chute heureusement ralentie par l’intervention de Sélénia ; il traverse la mangrove et atterrit rudement dans une eau marécageuse, mais n’est miraculeusement pas blessé. Il a à peine le temps de reprendre ses esprits qu’un groupe d’ondins de Souchemer, à l’aspect farouche, passe non loin de là ; Gerrard a à peine le temps d'en assommer un qui l'a repéré avant de fuir se cacher. Il a atterri dans la forêt de Linciel. 
Progressant dans la forêt, Gerrard rencontre un groupe d’humains et se joint à eux. Ils sont de la tribu des vecs, et sont guidés par leur Oracle. L’Oracle en-Vec guérit Gerrard et salue en lui le Korvecdal, l’unificateur des tribus humaines dont elle a pressenti la venue dans ses prophéties. L’arrivée de Gerrard augure de grands changements sur Rajh, et va rendre possible une révolte commune de tous les peuples opprimés par Wöhlrajh. Gerrard, déconcerté, accepte de suivre les vecs, qui partent en ambassade auprès des elfes afin de demander leur alliance dans la guerre contre l’incarmal. 

Grêvën il-Vec n’a pas jugé utile d’emporter l’Aquilon vers la Forteresse avec le reste de l’Héritage, mais la situation n’est pas brillante pour autant : l’Héritage pillé, Karn prisonnier, Tahngarth à bord du Prédateur probablement déjà capturé, et Gerrard probablement mort. L’équipage survole les arbres pendant de longs moments, espérant trouver trace de son capitaine. Le vaisseau doit finalement se poser à couvert, le temps de réparer les dégâts de l’attaque. L’atterrissage parmi les arbres est mouvementé, mais l’Aquilon finit par se poser entre l’eau de la mangrove et le réseau dense des racines. Crovax supervise le nettoyage du pont (avec une force inquiétante, remarque l'équipage) et Orime s’occupe des blessé. Hanna inspecte les dégâts dans la salle des machines et voit avec horreur l’état du cristal thran. Désormais, la seule solution pour quitter Rajh serait de trouver un portail magique en état de marche, mais où ? 
Hanna et Mirri, qui tiennent trop à Gerrard pour renoncer à le chercher une dernière fois, partent en expédition dans la forêt. Elles rencontrent un changeforme instable, qui tente de prendre leurs deux apparences à la fois, et ont le plus grand mal à en venir à bout. Mirri est blessée, mais Hanna la protège. Le changeforme enfin terrassé, les deux femmes s'asseyent au bord d'une source pour prendre un peu de repos

A peine remises des émotions du combat, elles se retrouvent cernés par un groupe d’elfes rajhis, pâles, vêtus de peaux de serpents et de morceaux d’écorces, et sont faites prisonnières
Pendant ce temps, à bord du Prédateur, Tahngarth se met prudemment à la recherche de l’endroit où ont été emportés Karn et l’Héritage. Evitant le chien de garde mécanique qui patrouille dans les cales, il finit par retrouver Karn et par le libérer. Ils remontent tous les deux vers le pont, cherchant un moyen de quitter le vaisseau sans être vus. Malheureusement, au détour d’un couloir, ils tombent sur un groupe de moggs qui se jettent sur eux. Karn étant repris par ses remords pacifistes, seul Tahngarth peut les combattre. Il commence à prendre le dessus lorsque Grêvën il-Vec fait brusquement irruption dans la mêlée. Le duel est terrible et les deux combattants sont blessés, mais la force artificielle de Grêvën surpasse celle du minotaure. Grêvën finit par assommer Tahngarth, et le fait emprisonner dans les cales en compagnie de Karn. Le Prédateur poursuit sa route vers la Forteresse avec un prisonnier supplémentaire à son bord… 
Gerrard et les vecs arrivent au village des elfes juste après Mirri et Hanna. Tous trois apprennent que les chiens de guerre des elfes ont déjà repéré la présence de l’Aquilon dans la forêt, et que le chef des elfes, Eladämri, Seigneur des Frondaisons, est sur le point de lancer une attaque contre le vaisseau. Gerrard explique en toute hâte que l’Aquilon est là pour défier Wöhlrajh, qui a enlevé son capitaine, et que les elfes sont sur le point de massacrer des alliés. L’Oracle évoque la légende du Korvecdal puis propose l’alliance des tribus humaines à Eladämri. Eladämri n’a que faire des prophéties humaines, mais il ne peut se payer le luxe de massacrer ses alliés. Il libère Mirri et Hanna, qui retrouvent Gerrard avec soulagement, puis conduit le petit groupe à l’Aquilon, où ils arrivent in extremis : un mage elfe a déjà ordonné aux racines des arbres de ramper autour du vaisseau pour le maintenir au sol, cependant qu’un groupe d’archers s’apprête à faire pleuvoir une volée de flèches sur l’équipage... 

Une fois tout le monde apaisé, Eladämri remmène Gerrard et l’équipage au village des elfes pour y tenir conseil. Sur le chemin, Starke remarque que l’Oracle en-Vec l’observe avec insistance et se sent mal à l’aise, craignant d’avoir été reconnu. Il risque d’être tué comme traître à sa propre tribu. Devra-t-il tuer l’Oracle pour survivre ? 

Le conseil de guerre a lieu. Ensemble, les nouveaux alliés élaborent un plan. Mis au courant de la situation, Eladämri se déclare incapable d’aider l’équipage à réparer le cristal thran de l’Aquilon, mais signale à Gerrard l’existence d’un portail magique situé dans un canyon, déjà utilisé par des rajhis pour s’échapper de Rajh. Il semble fermé, mais c’est la seule échappatoire possible. L’Aquilon se dirigera d’abord vers le portail pour trouver un moyen de l’ouvrir, puis vers la Forteresse de Wöhlrajh, pour retrouver Sissay. Les elfes et les vecs, grisés par la présence du Korvecdal, ont de leur côté l’intention de lancer une attaque commune contre Wöhlrajh : ils n’ont attendu que trop longtemps… Gerrard a le plus grand mal à les convaincre d’attendre pour lancer l’assaut que lui et ses compagnons aient sauvé Sissay. Eladämri accepte à contrecoeur, et indique à Gerrard un moyen discret de pénétrer dans la Forteresse : des conduits de ventilation qui s’ouvrent de l’autre côté de la montagne. Starke, qui connaît ces passages, prévient Gerrard qu’ils sont extrêmement dangereux, ne serait-ce que par l’étroitesse des cavernes, où l’Aquilon risque d’être trop gros pour passer ; sans parler des fournaises qui font fondre la roche, et des cadavres qui jonchent les sous-sols… mais là encore, il n’y a pas d’autre solution. 
Tard dans la nuit, Starke aborde l’Oracle en-Vec et tente de lui faire dire ce qu’elle sait de lui. Elle se souvient vaguement de lui, mais reste évasive, et se montre d’une amabilité désarmante. Starke ne peut se résoudre à lui trancher la gorge et à se débarrasser d’elle. A l’arrivée d’une patrouille de gardes, il doit renoncer pour de bon et part se coucher. 

Le lendemain, l’Aquilon fait route vers le canyon où s’ouvre le portail mentionné par Eladämri. Orime et Ertaï déchiffrent les inscriptions qui y sont gravées et discutent de la procédure magique à accomplir. Il faudra la commencer longtemps à l’avance. Ertaï se porte volontaire pour rester sur place et ouvrir le portail pendant que l’Aquilon s’aventurera dans la Forteresse. Il avoue ignorer s’il pourra maintenir le portail ouvert très longtemps, mais il doit essayer, c’est son unique chance de faire ses preuves. L’Aquilon part pour la Forteresse, laissant le jeune sorcier s’affairer seul auprès du portail. 

Peu après le départ de l’Aquilon, Ertaï se sent subitement observé. Il aperçoit des formes imprécises dans l’ombre, mais ne parvient pas à bien les distinguer, comme si elles n’existaient qu’à moitié. Il finit utiliser sa magie pour en forcer une à se matérialiser complètement. C’est une humanoïde qui se présente comme Lyna, une soltarie. Elle explique à Ertaï que son peuple et deux autres ont été aspirés il y a longtemps dans une demi-dimension, le Champ des Âmes. Elle se trouve dans l’Æther juste derrière le portail, à cheval entre plusieurs mondes. Les soltaris (blancs) y livrent une guerre sans merci à leurs ennemis jurés, les dauthis (noirs), tandis que le troisième peuple, les thalakos (bleus), reste neutre. 
Ertaï accorde assez de confiance à Lyna pour lui révéler une partie de sa quête, notamment que l’Aquilon est parti affronter Wöhlrajh, et que lui-même est chargé d’ouvrir le portail. Lyna commence à parler par allusions ; elle semble en savoir beaucoup sur Rajh et sur les plans de Wöhlrajh, mais quelque chose l’empêche de parler. Ertaï comprend néanmoins que les forces à l’œuvre sur Rajh sont bien plus importantes qu’elles n’en ont l’air. 

Dans le même temps, le Prédateur a rejoint la Forteresse. Grêvën il-Vec fait son rapport à Wöhlrajh, qui, pour le punir de ne pas avoir ramené Gerrard vivant, le torture en chauffant à blanc sa colonne vertébrale artificielle. Grêvën jure de ramener Gerrard ou son cadavre. Puis Wöhlrajh parcourt avidement les artefacts de l’Héritage rapportés à bord du Prédateur. En feuilletant le grimoire thran, il tombe sur des indications concernant le pendentif en forme de sablier que Gerrard porte depuis toujours. Convaincu que Gerrard a été protégé par son talisman et est toujours en vie, Wöhlrajh ordonne à Grêvën de se préparer pour l’arrivée imminente de l’Aquilon. Il fait ensuite conduire Tahngarth et Karn à la salle de torture. Après une ultime vaine tentative contre l'incarmal, Tahngarth y est horriblement mutilé et pourvu d’implants destinés à faire de lui le prochain second de Grêvën il-Vec. Quant à Karn, Wöhlrajh l’emprisonner dans une cage et s’amuse à lui saper le moral en lui expliquant à quel point sa vie est un échec. 
Guidé par les indications de Starke, l’Aquilon parvient dans le Marécage des Cendres, jonché de braises venues des tunnels qui percent les flancs de la montagne. Mirri repère une entrée assez large pour laisser passer le vaisseau. L’Aquilon pénètre à l’intérieur de la montagne, qui est immense, et entreprend de trouver son chemin parmi la multitude de passages et de cavernes qui mènent à la Forteresse. 
À un moment donné, l’Aquilon dérange un nid de slivoïdes, des créatures à l’aspect insectoïde, dotées d’un corps souple prolongé par un bec et une seule longue serre recourbée (les slivoïdes sont représentés dans toutes les couleurs du jeu). Le danger ne semble pas bien grand, mais lorsque les slivoïdes se rassemblent pour attaquer, ils se transforment et deviennent soudainement plus puissants. L’équipage de l’Aquilon se défend tant bien que mal. Hanna pense avoir trouvé les chefs de l’essaim dans des slivoïdes différents des autres, apparemment des créatures-artefacts créées à l’image des vrais slivoïdes. Elle en touche un et le désenchante, mais cela n’arrête pas l’essaim.

Impuissants à résister, les matelots cèdent à l’affolement et s’enfuient dans tous les coins du vaisseau. Les slivoïdes se dispersent pour les poursuivre et Hanna se rend compte qu’ils redeviennent moins forts une fois séparés les uns des autres. Une fois tout l’équipage averti, les défenseurs se dispersent volontairement et parviennent ainsi à repousser les slivoïdes. 

L’Aquilon poursuit sa route vers le centre de la montagne et atteint bientôt le Fourneau de Rajh . C’est un réseau de cavernes à l’atmosphère surchauffée, baigné par une mer de lave d’où jaillissent irrégulièrement des geysers de flammes. D’impressionnants arcs électriques et des boules de foudre s’élancent parfois d’une colonne de roche à l’autre dans un vacarme de tonnerre. L’équipage, à demi asphyxié par l’air chargé de cendres et presque irrespirable, doit éteindre en urgence plusieurs débuts d’incendie. Plusieurs matelots sont gravement brûlés. Les parties métalliques du vaisseau attirent la foudre, qui s’abat sur l’Aquilon presque sans cesse. Orime sauve le vaisseau en installant à la proue une longue tige de métal qui attire la foudre tandis que la guérisseuse utilise sa magie pour se protéger des décharges. La traversée paraît néanmoins interminable. 
Quittant enfin l’enfer du Fourneau, l’Aquilon s’élève au-dessus de la mer de lave et remonte à l’intérieur de la montagne. Gerrard et ses compagnons découvrent alors les Mort-fosses de Rajh, un large espace situé quelque part sous la Forteresse, et où Wöhlrajh se débarrasse de ses victimes et de ses expériences ratées. Ces gigantesques oubliettes sont entièrement tapissées par une substance noirâtre, une sorte de bave ayant la consistance du goudron, et d’où émergent çà et là des squelettes brisés et d’autres entités difficilement identifiables. 

L’équipage de l’Aquilon ne tarde pas à apprendre à ses dépens que cette bave est douée d’une intelligence propre. Certains squelettes, munis d’un réseau de fils noirâtres en lieu et place d’organes, s’animent et attaquent les nouveaux venus. Les membres d’équipage se défendent avec furie, mais les squelettes, même fendus en mille morceaux, finissent toujours par se rassembler dans de nouveaux fils noirs et par se relever sous une autre forme toujours plus répugnante. L’équipage finit par se réfugier dans les cabines, où les horreurs ne parviennent pas à pénétrer. Mais Skwi, paniqué, grimpe au sommet d’un mât. Voyant les squelettes fondre sur le gobelin, Gerrard accourt à sa rescousse. Les squelettes acculent Gerrard et sont sur le point de le tuer lorsque Skwi, qui encore une fois a pris son « jouet » avec lui, en active sans le savoir l’aura magique, qui protège Gerrard de blessures autrement mortelles. Hanna et Orime, venues à son secours, les raccompagnent à l’abri, et le vaisseau file à toute vitesse, désireux d’échapper au plus vite à ce nouvel enfer. 

L’Aquilon émerge d’une paroi interne de la montagne et arrive enfin en vue de la Forteresse. C’est un gigantesque édifice suspendu au cœur même de la montagne, au centre d’un réseau de flèches, d’aiguilles et de ponts de roche qui s’élancent de tous les côtés vers les parois. Le vaisseau progresse prudemment parmi cette architecture improbable, cherchant un endroit où débarquer sans se faire voir. Gerrard indique à l’équipage qu’il pénètrera dans la Forteresse en compagnie de Crovax, Mirri et Starke. Leur but est à présent non seulement de retrouver Sissay et de sauver Takara, la fille de Starke, mais aussi de libérer Tahngarth et Karn et de récupérer l’Héritage pillé par Grêvën il-Vec. Crovax, quant à lui, ne dit rien, mais espère encore retrouver son ange. 
Cependant qu’Hanna, Orime et Skwi restent à bord avec le reste de l’équipage pour garder le vaisseau, le petit groupe mené par Gerrard s’apprête à débarquer et à entrer dans la Forteresse de Wöhlrajh… 
haut de page - Les forums de MV >> Storyline >> Discussion : page 1
lablaisaille
fan de Storyline & modo Arena


FORCE
le 04/04/2018 14:09
Pour lire la suite, c'est par ici : Forteresse
Vous devez être identifié pour pouvoir poster sur les forums.